31.8.08

Fujisan











Goraiko










Tour organisé japonais.
Je suis la seule étrangère, et la barrière de la langue , à l'oral comme à l'écrit va ma plonger au coeur de l'aventure japonaise.Kiyoko, qui m'a réservé ce tour, m'a traduit le planning de ces deux jours.
Mont Fuji bus tour:
Départ de Tokyo station à 6h40...Je trouve tant bien que mal l'arrêt de bus a la gare de Shinjuku station...
7h30 : changement de bus...là ça se complique: il ya plusieurs tours, plusieurs groupes et plusieurs bus. Bon, je parviens à trouver le mien.
11h (en réalité 10h) : arrivée à la 5eme station du Mt Fuji (2305m). Il tombe un léger crachin.Je me renseigne sur l'heure du début de la rando : 11h50. J'ai le temps d'avaler un Udon.
11h30: je bois tranquillement mon café quand j'entends mon nom (prononcé à la japonaise!) retentir dans la station!!! Je me précipite dehors et retrouve mon groupe qui me cherchait partout. Un guide m'avait dit de bien écouter les annonces, de repérer le nom du groupe "Yuttari Sangosha" et l´heure de départ (tout ça en japonais of course)...mission complètement loupée...
On accroche un petit poisson à mon sac. Deux, trois étirements, un cri de ralliement, et c'est parti!!!...mais le guide avance à peine...ça doit encore faire parti de l'échauffement.
300 mètres plus loin, nous nous arrêtons devant un panneau; je ne comprends rien aux explications du guide. Je demande à mon voisin qui ne parle pas un mot d'anglais, mais je comprends que c'est le début de l'ascencion.
Ah! On va pouvoir passer à la vitesse supérieure! Pas du tout... Je me fais même refouler à un moment donné par le guide parce que je marche devant lui.
Bon...6 heures de marche plus tard, avec une pause presque toutes les 5 minutes (pauses grignotage et clopes! L'hallu! Du coup j'aurais fumé mon paquet en 2 jours!) nous arrivons bien fatigués à la 8eme station (3660m) et à la hutte Tomoe-kan où nous allons dormir quelques heures.
Il fait froid, je veux me mettre à l'intérieur. On nous donne un sac pour y mettre nos chaussures. Chose faite, je retente une percée à l'intérieur, et je me refais refouler. Je ne comprends pas ce qu'on doit faire...
Ah! Je suis le groupe jusqu'au dortoir, enlève mes chaussures pour la 3eme fois que je remets à nouveau dans le sac (ah ça! le coup du sac, ça m'a marquée!). Un organisateur m'attribue mon espace de couchage sur une plateforme: six tatamis, pas plus larges que le corps en position allongée, recouverts d'une épaisse couette (j'ai bien fait de prendre mon duvet tiens!).
Nous reprenons notre sac à chaussures, nous nous rechaussons, et allons diner, notre sac de chaussures à la main :)
Après un coup de saké, un débarbouillage-lavage de dents (je demande même à une japonaise où on peut cracher son dentifrice!), il est 20h...dodo.
Je me réveille en sursaut à 1h40. Mes voisins sont déjà prêts : anorak, bonnet, gants, surchaud, lampe frontale. Je me prépare en 2-2, avale mon petit déj (poisson et riz) et c'est parti pour les deux heures de marche qui nous sépare du sommet...sans guide cette fois-ci, je vais pouvoir aller à mon rythme.
Dehors, la lune ( Tsuki en japonais, prononcez ski) brille de son dernier croissant. Les lumières de la ville qui s´étend 3 km en dessous scintillent...la vue est saisissante. Une farandole de lanternes (des milliers!) serpentent en contrebas...et en contrehaut. Je me mets en route, dépassant quand je le peux la file indienne...euh non japonaise.
Dans une chicane (comme à une course de formule 1) je rejoinds un français (non pas pilote de formule 1, mais pilote d'avion!). Ah, ça fait du bien de pouvoir parler et de comprendre ce qu'on nous dit. Ca fait 4h qu'il grimpe (comparez le rythme japonais et français :).
C'est donc en compagnie d'Arnaud de Bordeaux que je m'envole pour le sommet en moins d'une heure et demi. Il est 3h45, il fait très froid à 3776m. Finalement mon duvet aura servi.
L'heure bleue arrive tout doucement, la mer de nuages apparait, se tinte de rose et laisse pointer de petits monts. L'horizon s'embrase; les flammes oranges, rouges dansent et acueillent l'astre levant, Taio.
Il est 5h15.
L'attente dans le froid et les bourrasques a eu raison de moi. Je me réfugie à l'abri, avale un thé et un bol de udon. Enfin réchauffée, je tombe sur Arnaud &co le long du gigantesque cratère. Un petit coup de saké et nous voilà prêts pour la redescente, terrible pour les genoux et pour quelques japonais qui semblent agoniser.
Trois heures plus tard, place aux pins, aux bouleaux et aux chant des oiseaux, de retour à la 5eme ètape.
Je retrouve mon groupe de japonais et nous partons dans un onsen, se laver et se relaxer dans des bains de sources chaudes ;)


Le 27 aout 2008

Ce matin, j`ai vu le soleil se lever sur le pays du soleil levant du haut de Fujisan...
SUGOI
*^~~~

2 comments:

Anaïs said...

Bonjour Miss ! Je vois que vous avez apris quelques mots de japonais ! =D Vos photos sont magnifiques ! Nous avons tous effectué une bonne rentrée et nous sommes tous dans la même classe avec quelques troubles fête en moins et d'autres en plus. Nous espèrons vous revoir bientôt ! En attendant bon voyage ! Soyonara !

Anaïs said...

Ps : C'était Anaïs de la 4°1... Enfin maintenant de la 3°1 !